Mwimba Texas

J’ai eu le plaisir d’échanger avec Mwimba Texas, catcheur albinos congolais -> webzine La Spirale.org.

→ http://laspirale.org/texte.php?id=424

C’est au sud de Kinshasa, en République Démocratique du Congo, qu’est basée la Fondation Albinos Texas Mwimba, ou FMT, créée il y a quinze ans par le catcheur albinos Mwimba Makiese Alphonse Texas. Né il y a cinquante ans à Sona Bata, dans la province du Bas-Congo, Mwimba Texas est une personnalité publique et sportive, emblématique du combat pour l’intégration sociale des personnes albinos.

En effet, la RDC se positionne depuis plusieurs années en pays « modèle » d’intégration des albinos, grâce, entre autres, au travail de Mwimba Texas. Cependant, en Afrique de l’Est, particulièrement en Tanzanie et au Burundi, les albinos sont victimes de rejet social dû à leur singularité, mais aussi de persécutions ou de meurtres rituels, conséquences néfastes de croyances ancestrales liées à la magie noire. D’autant plus que les commanditaires de tels méfaits sont prêts à payer à prix d’or leurs intermédiaires. Certains considèrent en effet que les membres des albinos portent une valeur magique intrinsèque – et une forte valeur marchande – qui peut alors résoudre problèmes de santé comme économiques.

Bénéficiant d’une grande notoriété acquise au cours de plus de six-cents combats de catch, Mwimba Texas organise et participe à de nombreux évènements dans le but de faciliter l’acceptation, l’intégration et le quotidien des personnes albinos, à travers le sport – particulièrement le catch – mais aussi l’art et l’éducation, parallèlement à des distributions régulières de kits à l’attention des albinos et de leur entourage. En effet, si Mwimba Texas lutte activement pour aider à la reconnaissance sociale des albinos, il n’en demeure pas moins une autre lutte : la conscientisation au danger des rayons du soleil pour les albinos.

Entretien avec un sportif atypique, une personnalité fascinante, dont la rigueur et la générosité luttent avec dynamisme contre un mal social aux multiples facettes.

Vincent Boisot

_ Interview de Vincent Boisot, photographe lauréat du World Press Photo et membre fondateur du collectif Riva Press -> webzine La Spirale.org.

→ http://laspirale.org/photo.php?id=430

Après des études à Sciences-Po et une vie professionnelle semi-nomade, c’est en 2006 que Vincent Boisot choisit de se consacrer pleinement à la photographie. Un an plus tard, il co-fonde le collectif Riva Press aux côtés de quatre autres photojournalistes ; un collectif qui s’affiche dans la presse quotidienne comme dans différents magazines, spécialisé dans les portraits et reportages liés à l’actualité.

A l’instar de l’Afrique, continent privilégié pour Vincent Boisot, qui depuis plusieurs années photographie déclinaisons culturelles et communautés souvent méconnues de l’Occident. C’est évidemment à l’occasion de sa rencontre avec le passionnant catcheur albinos Mwimba Texas – interviewé dans les pages récentes de La Spirale – que nous avons apprécié le travail de Vincent Boisot, avant de se pencher sur sa production photographique prolifique, particulièrement sur le continent africain.

Guerilla Gardening

Un dossier sur la Guerilla Gardening -> webzine La Spirale : http://laspirale.org/texte.php?id=420

Activisme résultant des troubles de la guerre ou de crises économiques pour instaurer une économie de subsistance, lutte politique pour une société égalitaire et communautaire, branche atypique parmi d’autres de la permaculture, ou encore simple volonté de combler par la force les ternes friches de béton de l’espace urbain ?

Les partisans de la guerilla gardening, ou guérilla jardinière, partagent le dessein de se ré-approprier les terres inexploitées des villes et villages, à travers l’action écologique, individuelle ou collective.

gardeners2

.

_ interview de Vanessa Harden, artiste designer britannique militante.

→ http://laspirale.org/photo.php?id=418

Diplômée de l’école d’art et de design de Toronto, avec une spécialisation en bijoux et orfèvrerie, Vanessa Harden pratique un activisme bigarré et prolifère.

The Seed Pill Project propose ainsi une autre manière d’agir sur le terrain urbain, grâce à une pilule plus « propre », plus petite et plus discrète que les habituelles bombes de graines de la guérilla jardinière. The Subversive Gardener retient de son côté l’attention, avec ses méthodes pour camoufler les pratiques inoffensives mais illégales des guerilla gardeners. Différents éléments pouvant être combinés pour opérer de manière élégante et discrète dans notre quotidien.

GG16

.

_ interview de Gabe (Guerilla Gardening France).

→ http://laspirale.org/texte.php?id=419

Guerilla-Gardening-France.fr fait figure de site incontournable pour les guérilleros de l’Hexagone. Rendez-vous, carte des actions passées ou futures, historique du mouvement, il reste l’une des principales portes d’entrée et références pour tous ceux qui voudraient s’essayer à la guérilla jardinière au sein de nos frontières géographiques ou linguistiques.

ogg2_c_title